DU BOX AU PRÉ
Comment bien réussir la transition printanière ?

À l'arrivée des beaux jours, certains propriétaires de chevaux choisissent de les mettre au vert pour qu'ils puissent profiter des prairies pendant la belle saison.

En effet, la vie au pré est naturellement très adaptée au cheval puisque c'est celle qui se rapproche le plus de sa vie à l'état sauvage. L'herbe est l'aliment le plus naturel pour le cheval et le pré va lui offrir un sentiment de liberté indéniable. En plus de l'avantage considérable sur son moral, le cheval va se dépenser en marchant toute la journée. Cela participe à l'amélioration de son transit, de sa musculature, évite les engorgements...

Mais, bien que cette décision soit en accord total avec le bien-être de l'animal, cela ne doit pas se faire sans une transition progressive et réfléchie. Dans cet article, nous vous donnons les clés pour un passage au pré réussi.

1. VÉRIFIER L'ÉTAT DU PRÉ

Dans un premier temps, il est important de s'assurer que le pré dans lequel on souhaite mettre son cheval est bien sec, pour éviter les blessures liées aux glissements mais aussi faire en sorte que l'herbe ne soit pas complètement abimée au bout de quelques jours seulement. Il est également nécessaire de vérifier que les plantes qui s’y trouvent ne soient pas toxiques. Enfin, le cheval doit avoir accès à de grandes quantités d’eau : il boit en moyenne 20 à 40 litres d’eau par jour, bien que cela varie en fonction de son alimentation. Le pré choisi doit donc bénéficier d’un accès à une grande quantité d’eau, mais aussi d’un abri pour que le cheval puisse se protéger du soleil et des intempéries et d’une cloture saine.

2. METTRE À L'HERBE PROGRESSIVEMENT

Un cheval au box tout l’hiver, que l’on mettrait au pré soudainement aura tendance à se jeter sur l’herbe. Or, cela peut entrainer un risque de diarrhées voire de coliques. La bonne pratique consiste à mettre le cheval au pré progressivement, pour qu’il s’habitue à l’herbe. Au début, on va seulement le mettre pendant 2 ou 3 heures, puis pendant une après-midi complète… Selon la même logique, on va agrandir au fur et à mesure la parcelle de terrain à laquelle il a accès.

3. ADAPTER L'ALIMENTATION

Le passage du box au pré induit une transition d’une alimentation sèche à une alimentation humide. De plus, l’herbe du printemps est très riche et chargée en azote. Cela peut, dans certains cas, provoquer des diarrhées voire des coliques, comme on le voyait précédemment. Pour éviter cela, il peut être très intéressant d’apporter un complément d’argile à son cheval afin d’éviter la fermentation et les diarrhées mais aussi pour aider la flore intestinale à s’adapter à cette transition printanière.

L'Ali Argile est un complément alimentaire qui va aider à rééquilibrer la flore intestinale, tuer les vers intestinaux et détruire les microbes nocifs sur le système digestif et a une action cicatrisante sur la paroi intestinale. Il est donc très adapté à cette transition.


4. SURVEILLER ET GÉRER LES PARASITES

Au pré, les chevaux sont beaucoup plus exposés aux insectes et aux parasites, d’autant plus pendant les beaux jours. Il est important de surveiller quotidiennement leur état et d’anticiper l’exposition aux insectes. Le Mouche Killer et le Stop Dermite sont donc particulièrement adaptés à la période estivale.

Le Mouche Killer est un spray anti-insectes. Il a une action répulsive sur les insectes et des vertus apaisantes sur les piqures. Il détruit également les larves, en anticipation notamment de la dermite.

Le Stop Dermite est à utiliser en cette période si le cheval est atteint par la dermite ou en anticipation. C’est un spray qui lutte contre la dermite. Il aide à la gestion des problèmes de peau et participe à la régénération du système cutané. Pour une action la plus optimale possible contre la dermite, il est intéressant de complémenter le cheval avec du Help Care et de régulièrement voire quotidiennement :

  • Appliquer de l'Ali Calm pour protéger la zone

 Petit rappel:

La dermite (ou dermatite) estivale récidivante des équidés (DERE en abrégé) est une maladie inflammatoire chronique de la peau ou derme. Il s’agit d’une maladie saisonnière : elle apparaît au printemps, s’intensifie en été et disparait progressivement au cours de l’automne chez la majorité des équidés. Les signes cliniques réapparaissent chaque année et s’aggravent souvent au fil des années.

Elle est due à une hypersensibilité de certains équidés aux allergènes présents dans la salive de moucherons du genre Culicoïdes. Ce sont les femelles culicoïdes, hématophages (elles se nourrissent de sang), qui piquent le cheval. Il s’agit de la dermatose allergique la plus fréquente chez les équidés. La prévalence (nombre d’équidés atteints de la maladie par rapport au nombre total d’équidés) est de 1 cheval sur 10 en France.

Source: Equipedia - IFCE


5. SURVEILLER LES ÉVENTUELLES BLESSURES

Un cheval au pré doit bénéficier d’une surveillance quotidienne. Il est indispensable de vérifier chaque jour son état général. Un massage peut être une solution agréable pour contrôler que le cheval n’ait pas de blessure invisible à l’oeil. Il est également important de surveiller l’état des pieds des chevaux.

 Astuce : Le Work Recup contient de la citronnelle, qui est connue pour ses actions répulsives contre les insectes. Il peut donc être intéressant de masser son cheval au Work Recup pour vérifier son état général et de bénéficier ainsi des effets de la citronnelle.


Une question ? Contactez-nous sur Instagram ou envoyez-nous un mail via le formulaire de contact !

Your Dynamic Snippet will be displayed here... This message is displayed because you did not provided both a filter and a template to use.
LES COUSSINETS CHEZ LE CHIEN
Article de notre experte Kelly Epinat, masseuse canin et équin